Lancement de la campagne Solidaires au Japon

L'équipe Solidaires au Japon

En mai se tiendront les premières élections consulaires. Du 14 au 20 mai sur Internet et le 25 mai à l’urne, vous élirez trois conseillers consulaires. Ces élus de proximité vous représenteront pendant six ans auprès de l’Ambassade… >> en savoir plus

Notre liste Solidaires au Japon est une équipe pluraliste de trois Françaises et trois Français qui partagent les mêmes valeurs humanistes, sociales et environnementales. Chaque candidat Solidaires au Japon mettra au service de la communauté sa riche expérience citoyenne et associative. >> rencontrer l’équipe

La solidarité sera au cœur de notre action :

  • Créer une caisse de solidarité conventionnée
  • Favoriser l’accès à la langue et à l’éducation françaises
  • Mieux informer et soutenir ceux qui travaillent et ceux qui entreprennent
  • Renforcer la protection et la sécurité des Français du Japon
  • Renouveler les pratiques démocratiques par la collégialité et la rotation des élus

>> nos priorités

La liste Solidaires au Japon : Matthieu Séguéla, Jannick Magne, Alexandre Joly, Anne Gonon, François Roussel, Florence Costa-Kageyama

Votre soutien compte : comment nous aider

Publié dans Campagne
2 comments on “Lancement de la campagne Solidaires au Japon
  1. Nicolas Limare dit :

    Bonjour,

    Je poste un commentaire faute de trouver sur ce site un autre moyen de vous contacter.

    Je vois que l’équipe est à Tokyo et Kyoto, et que ce sont aussi ces deux centres urbains Tokyo/Kansai qui sont mentionnés dans les priorités, par exemple avec LFIT, l’EKF, le programme FLAM de l’AFFJJ, Institut Français, Ambassade, etc… C’est compréhensible, les françaises et français du Japon sont probablement aussi concentrés sur ces deux bassins urbains que la population Japonaise en général.

    Mais ce n’est pas tout. J’habitais aux alentours de Nagoya, maintenant à Hamamatsu, et je ne peux que constater dans chaque communication auprès de la communauté française au Japon que je ne suis pas concerné par les rencontres, les visites de représentants politiques, les points d’information, les manifestations culturelles, etc. qui ont exclusivment lieu à Tokyo ou Kyoto/Osaka/Kobe.

    Et je ne suis probablement pas le seul des centaines de françaises et français un peu éloigné de ces deux centres urbains, et certainement pas le plus éloigné (le Japon s’étend bien au-delà de la Tokaido…). Maintenant que nous pouvons voter sans devoir faire un déplacement d’une journée jusqu’à l’ambassade, quelle est pour vous notre place dans la communauté française au Japon et dans ses institutions démocratiques?

    Cordialement,

    • Cher Nicolas,

      Merci pour votre message et votre remarque. Pour toute communication privée vous pouvez nous contacter à l’adresse suivante : solidairesaujapon@gmail.com

      La dispersion de certains de nos concitoyens dans les différentes régions du pays est effectivement un paramètre très important que nous prenons en compte. D’autant plus facilement que certains d’entre nous ont connu cette expérience soit comme étudiants, soit lors de leur arrivée au Japon.

      Le fait que nous soyons une équipe qui a fait le choix de la collégialité et dans laquelle tout le monde jouera son rôle durant les 6 années de mandat nous permettra de multiplier notre présence et notre attention.

      Que ce soit parallèlement à des déplacements pour raisons personnelles ou professionnelles, mais aussi grâce au soutien de réseaux déjà existants, nous serons en mesure de rencontrer nos concitoyens aussi bien à Nagasaki et Oita qu’à Hiroshima ou Sendai. Réseau que nous développerons au maximum pour être mieux à l’écoute de tous ceux qui comme vous vivent loin des 2 métropoles principales.

      Au niveau éducatif, deux mesures sur lesquelles nous allons travailler peuvent vous intéresser : l’amélioration de l’accès au CNED, mais aussi le ​soutien au ​développement de l’enseignement du français en milieu japonais…
      Au niveau administratif, nous verrons avec l’Ambassade comment améliorer l’accès aux services consulaires, notamment par le développement des services via Internet ou l’augmentation des délocalisations temporaires de service. Dans la limite des contraintes financières et humaines de l’Ambassade…

      Si vous​-​même avez des propositions et idées, n’hésitez pas à nous les communiquer.

      Bien amicalement,

      Alexandre Joly

Commentaires fermés

Solidaires au Japon

Site du  Conseiller consulaire « Solidaires au Japon » François Roussel et de son équipe.

Contact
%d blogueurs aiment cette page :