Permanences à Osaka et Kyoto

J’ai effectué dimanche 13 et lundi 14 novembre une tournée dans le Kansaï afin d’y rencontrer des membres de la communauté française ainsi que M. Jean-Matthieu Bonnel, Consul général et directeur de l’Institut, et M. Emmanuel Resbeut, directeur du Lycée Français de Kyoto.

La principale préoccupation de nos compatriotes est naturellement le réduction des services aux Français offerts par le consulat général de Kyoto caractérisée par la fin, cet été, de la délivrance de passeports. Si j’ai exprimé mon regret de voir le consulat de Kyoto se transformer petit à petit en simple consulat d’influence, j’ai rappelé que pour 2017 nous attendions la fin de l’obligation de double comparution ainsi que la dotation au poste de Tokyo de valise Itinera.

J’ai aussi eu à répondre à de nombreuses questions sur les visas, les inscriptions ou encore la fiscalité.

J’ai eu le plaisir, mardi midi, d’avoir un repas de travail avec Anne Gonon, la représentante de Solidaires Au Japon pour l’ouest du Japon. Celle-ci m’a demandé de relayer auprès du Consul général la requête des principales associations françaises du Kansaï pour obtenir de l’Institut la possibilité d’avoir un accès gratuit, ou à tarif préférentiel, pour des événements exceptionnels qu’elles organiseraient.

Avec le Consul général, en plus de la requête des associations et du devenir du consulat, j’ai abordé l’organisation du prochain 14 juillet, les visites au prisonnier français et surtout le réseau d’îlotage dans l’ouest du Japon.

Conscient de la faiblesse des moyens du consulat, notamment humains, j’ai demandé à ce que le système basé sur des îlots regroupant souvent plusieurs préfectures soit, ou augmenté en nombre d’îlots, ou bien que ceux-ci soient doublés d’une liste de contacts locaux disséminés dans les zones où se trouvent des petites communautés françaises.

À cet effet j’ai notamment remis une liste de volontaires pour Kyushu.

J’ai aussi demandé que soient mis en ligne sur le site du consulat, non seulement le « Memento de l’îlotier » que M. David Briant, responsable des Affaires consulaires, est déjà en train d’adapter à l’ouest du Japon, mais aussi le « Manuel du résident » pour informer nos concitoyens des risques et mesures à prendre en prévision d’un séisme.

J’ai aussi rappelé l’importance de la mise à jour des informations disponibles sur le site, notamment concernant les responsables d’îlot.

J’ai ensuite rencontré M. Emmanuel Resbeut, le directeur du Lycée Français de Kyoto.

Notre discussion porta sur les effectifs (127 élèves), le statut des enseignants, l’application de la réformes scolaire, la qualité des manuels du CNED, et nous avons naturellement abordé le futur déménagement du Lycée.

À la rentrée 2017, pour ses 20 ans, le Lycée va quitter le site de Taiken pour s’implanter dans l’école désaffectée de Yurin plus proche de la gare. Cette école étant actuellement inoccupée nous avons discuté de l’importance des travaux de rénovation ainsi que du financement de ceux-ci.

Si le Lycée a provisionné un montant important et recevra, notamment pour les travaux de sécurisation du site une aide de l’AEFE, il pourrait avoir besoin de financements supplémentaires.
J’ai assuré M. Resbeut de mon soutien dans cette tâche.

Publié dans Vos conseillers en action
Solidaires au Japon

Site de la  Conseillère consulaire « Solidaires au Japon » Anne Gonon et de son équipe.

Contact
%d blogueurs aiment cette page :