Conseil d’établissement du LFI-Tokyo

Mercredi 04 octobre je participais au Conseil d’établissement du Lycée Français International de Tokyo, tenu sous la direction du proviseur, M. Exelmans, et composé de représentants de l’administration, des parents d’élèves, des membres du personnel et des élèves.

Après l’adoption du procès verbal du précédent CE du 06 juin 2017, ont été exposés un bilan de la rentrée scolaire, ainsi que le plan d’actions 2017/18. La préparation à la rentrée 2017/18 avec notamment la discussion sur les emplois ayant été remis à un CE spécial le 13 novembre.

Dans le bilan de rentrée, il a notamment été fait état des résultats des épreuves du bac et du brevet.

Pour le brevet des collèges, le taux d’admis est de 97%, dont 90% avec mention.

Pour le baccalauréat, le taux d’admis est de 96%, dont 86,7% avec mention.

Un point a été fait sur l’orientation post-bac : 52% des admis sont partis en France, 34% dans un pays étranger, et seuls 14% ont décidé de rester au Japon. Cela confirme la difficulté d’établir des passerelles entre le système français et japonais.

Concernant la rentrée elle-même, celle-ci s’est passée sans problème.

Le nombre d’enfants dans l’établissement est aujourd’hui de 1310, soit 46 de plus en primaire et 48 dans le secondaire. Toutes les classes sont occupées et le lycée a donc atteint sa capacité d’accueil optimale. La réflexion engagée depuis plusieurs années sur une augmentation de ces capacités aboutira bientôt à une décision.

Cette année 5 nouvelles classes ont été créées : une en CM1, une en CM2, une en 6ème et deux en 1ère. Le personnel est de 175 employés.

Durant les vacances d’été, le parc informatique et les rétroprojecteurs ont été remplacés.

Une présentation des différentes actions pédagogiques (plus de 110) a été effectuée. Il a été aussi discuté des SPAN (sorties pédagogiques avec nuitée) avec cette année deux voyages envisagés en Europe, en Pologne à Auschwitz et en Italie à Rome.

Devant l’inquiétude légitime des parents d’élèves quant aux coûts de ces déplacements, la direction a rappelé que ceux-ci ne pouvaient dépasser 100.000 yens, et que les familles pour qui une telle dépense représenterait un trop gros effort pouvaient bénéficier de la Caisse de solidarité du Lycée. L’objectif étant qu’aucun enfant ne soit privé de sortie pour raison financière.

Je vous communiquerai le lien vers le PV officiel de cette réunion dès publication par le lycée.

Publié dans Vos conseillers en action
Solidaires au Japon

Site du  Conseiller consulaire « Solidaires au Japon » François Roussel et de son équipe.

Contact
%d blogueurs aiment cette page :