Conseil d’administration du LFI-Tokyo

Ce jeudi 19 octobre j’ai participé, comme membre invité, au Conseil d’administration du Lycée Français International de Tokyo sous la direction du proviseur M. Philippe Exelmans et avec la présence du coordinateur AEFE de la zone Asie, M. Bruno Valéry.

Après l’adoption du compte-rendu (lien ici) du précédent conseil d’administration du 26 mai 2017, les changements d’administrateurs et de conseillers ont été annoncés : au niveau des administrateurs, le nouvel ambassadeur M. Laurent Pic remplace Thierry Dana comme président et Mme Hélène Aublé remplace M. Rachid Salama comme secrétaire général de la fondation.

A ensuite été adoptée la liste des nouveaux personnels de l’établissement : ceux-ci sont aujourd’hui au nombre de 181, 25 nouvelles personnes ayant renforcé les effectifs à la rentrée.

Adopté aussi le financement des 13 SAN (sorties avec nuitées) présentées lors du Conseil d’établissement du 04 octobre. Il a été rappelé que ces voyages ne pouvaient avoir lieu que si 80% des parents y étaient favorables, et que la politique de la direction était de faire en sorte qu’aucun enfant ne puisse être privé de sortie pour des raisons financières, soulignant le rôle en la matière du fonds de solidarité.

Le conseil a ensuite longuement évoqué le projet immobilier en préparation visant à répondre au besoin d’espace découlant de la progression des effectifs du Lycée. L’annonce d’une solution est attendue pour début décembre.

Enfin plusieurs annonces concernant des modifications au budget ont été faites et les grands orientations budgétaires 2018 ont été abordées. Bien qu’ait été annoncée une augmentation de la PFE (Participation Financière Complémentaire) de 6% à 9%, qui passera ensuite à 7,5% pour revenir à 6%, l’évolution des frais de scolarité ne sera pas modifiée restant à 1% pour les deux prochaines années comme s’y était engagé le proviseur.

Je suis néanmoins intervenu pour souligner que cette augmentation de la PFE ne pouvait être liée à l’effort budgétaire exceptionnel de 33 millions d’euro demandé à l’AEFE dans le budget rectificatif, puisque le budget 2018 de l’AEFE était supérieur à celui de 2017. Cette augmentation est en effet liée au déficit structurel de l’AEFE depuis plusieurs années notamment du fait des pensions civiles et absolument pas imputable à la politique du gouvernement actuel.

Je vous communiquerai le lien vers le compte-rendu dès que celui-ci sera en ligne.

Publié dans Vos conseillers en action
Solidaires au Japon

Site du  Conseiller consulaire « Solidaires au Japon » François Roussel et de son équipe.

Contact
%d blogueurs aiment cette page :