LFIT : suivi de l’homologation

Lundi 18 décembre j’ai participé avec les président et vice-président de l’association des parents d’élève à une rencontre avec une inspectrice d’Académie-inspectrice pédagogique régionale et une inspectrice de l’Éducation Nationale dans le cadre du suivi de l’homologation du Lycée Français International de Tokyo.

Ces inspections sont diligentées par le Ministère de l’Europe et des Affaires Étrangères.

Lors de ces inspections, inaugurées l’an dernier et qui auront lieu tous les 5 ans, sont pris en compte des critères pédagogiques, de gouvernance, les relations internes et celles avec les parents, ainsi que la sécurité et bien évidemment la qualité de l’enseignement.

En 2016, l’an dernier, ont été audités les lycées de Chine continentale et de Singapour, cette année ce sont ceux de Tokyo et de Bangkok.

Ont été abordés les orientations post-bac et notamment les difficultés à passer du système français à celui japonais par manque de passerelles. De même que la valorisation du bilinguisme et notamment l’enseignement du japonais, pour des enfants de parents non japonophones.

Les parents ont souligné le bon niveau de relations qu’ils entretenaient avec la Direction de l’établissement quand j’ai salué les efforts de transparence avec notamment la mise en ligne des compte-rendus des conseils de l’établissement sur le site du LFIT.

Les parents d’élève ont néanmoins relevé que le principe d’une communication systématiquement trilingue pourrait encore être largement amélioré et généralisé.

J’ai ensuite exprimé la frustration que pouvaient ressentir les parents d’élève dans la gestion de l’établissement avec un faible poids décisionnel, largement en-deçà de leur poids financier et leur contribution au financement du LFIT. De même, j’ai regretté l’absence de droit de vote pour les conseillers consulaires lors des Conseils d’Administration ou Conseils d’Établissement.

J’ai enfin interrogé les inspectrices sur les moyens mis en place pour les enfants handicapés et la formation des enseignants.

S’il n’y a pas de personnel spécialisé dans le Lycée, les professeurs participent aux formations depuis 2013 et l’établissement applique les dispositions réglementaires. Le respect des normes japonaises en la matière obligeant de plus le LFIT à disposer d’aménagements qui ne répondent pas nécessairement à des besoins réels actuels (ascenseurs…).

Publié dans Vos conseillers en action
Solidaires au Japon

Site du  Conseiller consulaire « Solidaires au Japon » François Roussel et de son équipe.

Contact
%d blogueurs aiment cette page :