Entretien avec le Consul général de Kyoto

IMG_2200

Mardi 5 novembre, à l’occasion de mon passage à Kyoto pour le conseil consulaire des bourses scolaires, j’ai rendu visite au Consul général de France, M. Jules Irrmann, entré en fonctions début septembre, et qui assure aussi les fonctions de Directeur délégué de l’Institut Français du Kansai (instituts de Kyoto et d’Osaka). 

Il s’agit du 3e séjour de M. Irrmann au Japon, où il a passé 10 des 20 dernières années et dont il parle la langue. Il a occupé notamment à l’Ambassade un poste de coopérant, un poste de conseiller économique adjoint, puis le poste de responsable du service de Presse de 2008 à 2012. 

Lors de notre entretien nous avons pu faire un tour d’horizon des préoccupations des Français du Japon – notamment du Japon de l’ouest – et évoquer les missions d’un « Consulat d’influence ».

Depuis la suppression en 2018 du dernier poste de fonctionnaire aux côtés du Consul et la quasi-disparition des fonctions consulaires au service des Français, le service consulaire de référence des Français du Japon de l’ouest est en effet celui de Tokyo. Un certain nombre de démarches peuvent cependant être effectuées en ligne ou lors des tournées consulaires.

Le Consulat de Kyoto a désormais pour mission principale de promouvoir les intérêts économiques et politiques de la France en développant les liens avec les institutions et les entreprises locales, que ce soit à travers des rencontres formelles ou en participant à des évènements économiques, associatifs, politiques ou culturels. C’est par exemple le Consul général qui, au nom de la France, remet au vainqueur du tournoi de sumo de Fukuoka en novembre la traditionnelle « Coupe de l’amitié franco-japonaise ».

Mais le Consul général insiste aussi sur la part de sa mission qui reste dévolue au service des Français, au titre notamment de l’assistance aux Français en difficulté. Le Consulat de Kyoto peut délivrer, en cas de nécessité, des passeports d’urgence et des laissez-passer. Si une personne française se trouvait en situation d’urgence dans la circonscription, le Consul général lui donnerait la priorité absolue « toutes affaires cessantes ». Dès son arrivée en poste le Consul général a d’ailleurs tenu à marquer son grand intérêt pour la vie communautaire française en participant activement à la rentrée du Lycée Français International de Kyoto.

Publié dans Campagne
Solidaires au Japon

Site du  Conseiller consulaire « Solidaires au Japon » François Roussel et de son équipe.

Contact
%d blogueurs aiment cette page :